Accueil  > 
Les trois grands freins à la voiture autonome

Malgré des progrès spectaculaires et des constructeurs très optimistes, la route vers la voiture totalement autonome sera encore longue. La faute à la technologie, à la réglementation et aux conducteurs.
La technologie : les expérimentations se sont multipliées ces dernières années et des services de véhicules autonomes , certes encore limités, se développent à l’image du Navya Arma à Lyon. Les capteurs ont évolué comme le lidar (laser de détection) et les cartes 3D. Mais la détection des obstacles au delà d’une distance de 100 mètres reste insuffisante et cette détection doit s’opérer à faible vitesse. D’autre part les systèmes n’arrivent pas encore à bien déterminer la nature de l’obstacle. Le développement de l’intelligence artificielle est aussi un élément pouvant contribuer à l’évolution des véhicules autonome
La réglementaton. Elle évolue aux USA où chaque état peut de son coté légiférer sans passer par le gouvernement fédéral. En Europe, les choses évoluent moins rapidement. Des assureurs commencent à proposer des contrats spécifiques pour les automobilistes possédant un véhicule avec des systèmes d’aide à la conduite. Des éléments juridiques ne sont pas encore résolus comme la responsabilité en cas de sinistre d’un véhicule connecté. Faut-il alors incriminer le propriétaire, le constructeur, le concepteur de logiciel, le fournisseur de système de communication ?
Le facteur humain. Le principal problème est de fixer la barrière entre complète automaticité et reprise en manuel par le conducteur lorsque survient un danger.

Lien : http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211353299241-les-trois-grands-freins-de-la-voiture-autonome-2032072.php#xtor=CS1-33
Rubrique : Veille
Adresse simplifiée : http://www.predim.org/spip.php?article6209
Publié le : 10-10-2016
Utilisation du site Mentions légales Plan du site Connexion équipe PREDIM